Procrastination – 1- Quelle place la procrastination prend-elle dans votre vie?

 

 

 

Faîtes-vous partie du nombre impressionnant de personnes qui repoussent constamment ce qu’elles ont à faire ?

 

Plus de 87% des français reconnaissent avoir ce comportement.

 

Dans ce premier article de toute une série sur ce fléau qu’est la procrastination nous allons voir ensemble :

  • Qu’est-ce que la procrastination
  • Quel est le terrain psychologique favorisant la procrastination
  • Les signes à repérer pour savoir si vous procrastinez
  • Quel est son impact sur les différents aspects de votre vie
  • Les bénéfices à passer de la procrastination à l’action juste
  • Les raisons pour lesquelles nous procrastinons.
  • Les premières étapes pour s’en libérer

Qu’est-ce que la procrastination?

La procrastination (du latin procrastinato qui signifie « délai ») est définie dans le dictionnaire Larousse comme une « tendance pathologique à différer, à remettre l’action au lendemain »

 

Y a t-il un « terrain » favorable à la procrastination ?


Elle touche tout particulièrement les 
personnes anxieuses qui ont une faible estime de soi et qui manquent de confiance en elles.

D’autre part, selon certaines études faites aux Etats Unis il y a une très forte connexion entre la procrastination et l’impulsivité.

 

 

L’impulsivité est décrite comme un trait de personnalité  caractérisé par un comportement adopté par un individu sans que celui-ci ne pense aux conséquences de ses actes.

Elle est souvent accompagnée d’un manque de persévérance, d’absence d’anticipation et de la recherche de sensations pour éviter de ressentir certaines émotions. Elle débouche sur des actions faites sous le coup d’une pulsion que l’on peut regretter par la suite.

La capacité à accomplir les tâches demandées, que ce soit par quelqu’un d’autre : par exemple un travail demandé par son patron ou pour atteindre un objectif personnel (changer son hygiène de vie, écrire un livre, développer une activité d’indépendant etc..) est en lien avec la solidité de la structure interne.

Cette structuration interne se construit durant l’enfance. Les enfants dont l’un des parents leur a transmis un modèle d’impuissance, d’apathie, semblant s’ennuyer dans la vie pourront intégrer ce schéma et le reproduire.

La mise en place de justes limites, savoir dire « non » à bon escient tout en incitant l’enfant à prendre des responsabilités adaptées à son âge favorisent la mise en place d’une structure solide qui sécurise l’enfant.

L’équilibre dans l’éducation de l’enfant entre le « non » (poser des limites saines et sécurisantes), et » oui » « tu peux faire cela, je sais que tu en es capable, je te fais confiance » permettra ensuite une fois adulte de se dire « non je ne vais pas me laisser distraire de ma tâche à accomplir et m’accorder une pause TV » et oui «je veux et je peux réaliser mon objectif et c’est ma responsabilité de mettre en place les actions pour l’atteindre ».

 Cela revient à dire qu’une structuration interne solide permet une bonne maîtrise de soi et de ses désirs et favorise la mise en action.

Bien sûr, l’idéal c’est que cette structuration interne ait pu se mettre en place progressivement durant l’enfance et l’adolescence mais si cela n’a pas été le cas, il est toujours possible en tant qu’adulte de la renforcer, de s’auto-éduquer et de se libérer des facteurs qui empêchent cette structuration. C’est ce que nous aborderons dans cet article et les suivants de cette série sur la procrastination.

 

Repérez les signes de procrastination:

  • Vous repoussez le moment de commencer une tâche qui vous paraît difficile.

  • Vous abandonnez dès que vous rencontrez une difficulté.

  • Vous n’acceptez pas l’idée d’être obligé de faire quelque chose.

  • Vous avez du mal à vous mettre à la tâche.

  • Vous commencez plusieurs choses à la fois et en général n’en finissez aucune.

  • Vous n’arrivez pas à faire les choses qui ne vous intéressent pas ou ne vous apportent aucun plaisir.

  • Vous vous trouvez de bonnes raisons de faire autre chose que ce qui est prioritaire sur votre liste.

  • Vous avez des difficultés à savoir par où commencer et cela vous bloque.

  • Vous pouvez vous mettre à travailler mais vous avez du mal à terminer votre tâche.

  • Vous vous faîtes des listes de choses à faire mais là encore vous ne savez pas par quoi commencer.

  • Vous avez des difficultés à vous concentrer sur ce que vous êtes en train de faire car vous êtes bombardé d’idées, de pensées.

  • Vous vous persuadez que c’est sans conséquence de repousser ce que vous devez faire car c’est sûr vous allez vous y mettre demain!

 

L’impact de la procrastination dans notre vie ? 

 

Peut-on procrastiner et être épanoui ? Je ne crois pas. J’ai eu dans ma vie des périodes de procrastination et je ne peux pas dire que c’était les plus belles années de ma vie !

La procrastination nous fait perdre la maîtrise de notre vie et nous coupe de notre liberté de créer pour nous même la vie que l’on souhaite.

Le temps passe et nos objectifs, nos projets, nos rêves ne se réalisent pas. La relation au temps est d’ailleurs compliquée. On a souvent l’impression de n’avoir jamais assez de temps et on finit par le considèrer un peu comme un ennemi.

Certes, en procrastinant nous n’accomplissons pas les tâches prévues mais cela ne veut pas dire que nous ne faisons rien.

Bien au contraire, souvent nous entreprenons une multitude de petites actions éparpillées qui, en général, ne sont ni urgentes, ni importantes mais qui nous permettent de repousser cette fameuse tâche, ce projet, cet objectif qui nous fait peur parfois de façon bien inconsciente.

Je me souviens lorsque j’étais étudiante et que je devais écrire une dissertation : je me mettais à faire le ménage, ranger mes placards, arroser mes plantes, me faire un thé, chercher un paquet de biscuits…. Bref n’importe quoi pour repousser l’angoisse de la page blanche et faire taire cette petite voix en moi qui me chuchotait : ” tu ne vas pas y arriver ! “

D’autre part, étant donné que l’on n’a pas fait ce qu’on « devait » faire, on ne peut pas s’accorder en toute bonne conscience le temps de faire les choses qu’on aime vraiment et on se prive ainsi d’activités qui nous permettraient de nous ressourcer et de nous épanouir.

 

 

Pour les procrastinateurs avérés c’est un cercle vicieux ! Plus ils procrastinent plus ils ont honte et se sentent coupables. Leur estime et confiance en soi dégringolent encore un peu plus bas, leur critique intérieur ne les laisse pas en paix et l’action devient alors de plus en plus difficile.  La dépression n’est pas loin !

Une recherche conduite dans une université américaine a montré que :

  • La procrastination peut mener à la dépression, à des croyances irrationnelles, à une faible confiance en soi et  à de l’anxiété.

 

  • Elle augmente le niveau de stress perçu lors de moments difficiles dans la vie et face aux tracas quotidiens.

Il est important de prendre conscience que lorsque la procrastination prend trop de place dans votre vie quotidienne elle vous empêche de vivre la vie que vous souhaitez.

Il ne s’agit pas de vous sentir coupable : il y a de bonnes raisons derrière cette procrastination. Je vous propose plutôt d’adopter une attitude de parent aimant et responsable envers vous même et prendre la décision de vous libérez des peurs, croyances et schémas répétitifs qui sous-tendent la procrastination.

 

Les bénéfices de sortir de la procrastination

Ils sont nombreux!

  • Vous êtes enfin libre de vivre pleinement votre potentiel, de vivre le meilleur de vous-même et créer pour vous la vie qui vous convient.
  • Vous vous sentez fier de vous, en paix avec vous même
  • Vous lâchez l’impuissance pour retrouver la maîtrise de votre vie.
  • Votre estime de vous et donc la confiance en vous remontent.
  • Vous êtes beaucoup plus détendu : rien n’est plus stressant que d’avoir toujours à l’esprit toutes les choses que l’on devrait faire et dont l’échéance approche de plus en plus.
  • Votre situation financière s’améliore : c’est d’autant plus vrai si vous êtes à votre compte mais cela s’applique dans tous les domaines. Un salarié qui n’accomplit pas les tâches demandées ne peut guère s’attendre à des promotions ou augmentations de salaires. J’ai eu des clients qui ne payaient pas leurs factures à temps, envoyaient leur déclaration d’impôts en retard et subissaient ainsi toutes sortes de pénalités financières.
  • Vous avez plus de temps pour faire ce que vous aimez. Procrastiner prend beaucoup de temps ! Vous pouvez enfin avoir du temps à consacrer à vos passions et  en découvrir de nouvelles.
  • Vos relations s’améliorent. En étant moins stressé, plus sûr de vous, plus épanoui vous êtes plus agréable à vivre. Vous êtes plus présent à l’autre de part votre disponibilité d’esprit (qui n’est plus surchargé par vos listes de choses à faire plus longues chaque jour).

 

 

Alors pourquoi procrastinons nous ?

 

La procrastination est une stratégie inconsciente pour résoudre un problème

Même si nous sommes conscients que la procrastination sabote nos perspectives d’épanouissement et d’évolution c’est plus fort que nous, nous continuons à procrastiner parce que c’est une stratégie inconsciente  pour nous protéger de nos peurs, ce qui, au niveau inconscient, est plus important que d’accomplir les choses.

Carol Look, Psychothérapeute et Maître praticienne EFT aux Etats Unis a identifié 4 raisons principales à la procrastination.

La peur de l’échec 

La peur du succès

La rébellion

Votre projet n’est pas encore suffisamment mûr.

 

Dans les prochains articles je détaillerai chacune individuellement en y incluant un processus pour y remédier.

 

 

Alors prêt à vous libérer de la procrastination ?

 

Il est important de comprendre que la procrastination est une stratégie mise en place de façon inconscience pour nous protéger en évitant une confrontation à ce qui nous fait peur. Certes le résultat est loin d’être positif tout simplement par ce que le point de référence de cette stratégie est la peur et les croyances associées.

La première étape consiste donc  à prendre conscience et repérer vos peurs spécifiques qui vous font procrastiner.

Pensez à ce projet ou objectif  que vous repoussez toujours à plus tard.

  • Que ressentez-vous dans votre corps ?
  • Quelle émotion est présente?
  • Qu’est-ce que vous vous dîtes de vous ?
  • Avez vous une image, un souvenir ?
  • Quelle est la peur qui est ressortie ?

Notez ce qui est venu et estimez l’intensité de cette émotion/sensation/croyance sur une échelle de 0 à 10.

Maintenant posez vous les questions suivantes :

  • Quel est l’intérêt pour moi de continuer à procrastiner ? 
  • Quel est le danger pour moi si je menais à bien ce projet ?

Vous laissez venir les réponses, celles qui vous viennent spontanément à l’esprit et vous les notez.

N’hésitez pas à partager vos découvertes et prises de conscience sur ce blog: elles aideront les autres lecteurs. Vous pouvez également me poser des questions. J’y répondrai le plus rapidement possible. 

 

La procrastination n’est pas une fatalité!  Si vous avez  avez envie de vous libérer de vos freins à l’action j’ai une solution pour vous.  Pour plus d’information c’est par ici

 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *