Les bienfaits des hydrolats

 

 

 

 

Lorsqu’on distille une plante, que ce soit ses fleurs, feuilles ou racines on obtient d’une part de l’huile essentielle et d’autre part de l’hydrolat, plus communément appelé eau florale qui est l’eau imprégnée des molécules aromatiques de la plante.

 

L’hydrolat, tout comme l’huile essentielle, contient toutes les informations énergétiques de la plante distillée.

 

A l’encontre des huiles essentielles qui ont bénéficié au cours des dernières décennies de plus en plus de popularité auprès du grand public, les hydrolats sont moins connus, mis à par quelques uns comme l’eau florale de rose pour les soins de la peau et leur usage en pâtisserie.

 

Quant à l’eau de fleurs d’oranger nos grands-mères en mettaient une cuillerée dans le biberon du soir de bébé lorsque celui ci n’arrivait pas à dormir. 

 

Pourtant les hydrolats ont une très longue histoire qui remonte à l’Egypte Antique. Hippocrate utilisait également les eaux florales. 

 

Les hydrolats contiennent les mêmes molécules que les huiles essentielles mais en quantité nettement inférieure. Leur action n’est donc pas identique. Cette quantité moindre de produits actifs explique leur action plus en douceur.

 

Contrairement aux huiles essentielles les hydrolats sont hydrosolubles ce qui permet de les mélanger à de l’eau de source pour les boire. 

 

 

 

Modes d’applications

On peut les utiliser par voie interne en les buvant mélangé à de l’eau ou une tisane ou par voie externe pour les soins de la peau.

D’un point de vue thérapeutique l’utilisation la plus efficace est par voie interne.

On mettra une cuillère à café d’hydrolat dans un verre d’eau ou bien une cuillère à soupe dans un litre d’eau que l’on boira tout au long de la journée.

 On peut ainsi faire une cure de 20 jours. Les hydrolats sont d’excellents draineurs de fonds et donc améliorent le « terrain » de la personne.

 Dans ma pratique de thérapeute et d’énergéticienne je conseille souvent à mes clients d’utiliser des hydrolats de rose, de lavande, de camomille, de fleurs d’oranger (néroli) ou de verveine pour qu’ils puissent bénéficier de leur qualité apaisante au niveau du système nerveux.

 Cela permet d’accompagner tout en douceur le travail qui s’est fait durant la séance.

Ils font également d’excellentes lotions et toniques pour la peau et peuvent apaiser des problèmes cutanés (irritations, psoriasis, piqure d’insectes etc).

 

 

Quelques précautions

 

Assurez vous de vous procurez des hydrolats de qualité provenant de plantes issues de culture sauvages ou biologiques. Vous ne voulez pas ingurgiter des pesticides !

 

Evitez les hydrolats synthétiques qui sont utilisés dans l’industrie alimentaire et ceux qui ont été coupé avec de l’eau ou de l’alcool pour l’industrie cosmétique car ils n’ont plus de qualités thérapeutiques. Pour ma part j’achète mes hydrolats chez les producteurs d’huiles essentielles, à la source en quelque sorte !

 

Les hydrolats ont une durée de vie nettement inférieure à celle des huiles essentielles. Après ouverture utilisez les rapidement.

 

Gardez les à l’abri de la lumière, de la chaleur et de l’air. L’idéal est de les conserver dans de petites bouteilles bleu ou brune et au frais (environ 10°C).

 

Pour prolonger la vie des hydrolats vous pouvez ajouter quelques gouttes d’extrait de pépins de pamplemousse, un conservateur naturel.

 

Prochainement je vous présenterai les hydrolats que j’utilise le plus fréquemment pour moi-même et mes clients.

 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *